Rechercher dans le site :
ActualitsLettre d'informationContactPlan du siteSummaryMarquer cette page

La Libert, c'est mon plaisir. 1940-1946


Robert de LaROCHEFOUCAULD
Paris,, Edition Perrin, 2002, 121 pages

Sur une bonne centaine de pages, Robert de la Rochefoucaud, 17 ans en 1940, porteur d'un nom illustre dont le lointain anctre maniait plutt la maxime que l'explosif, raconte sur un ton enjou sa rsistance, c'est dire une suite d'aventures extraordinaires et rocambolesques, o trs souvent le " rire et le danger ont fait bon mnage ! ".

Tout jeune scout, il rencontre au printemps 1938 dans les Alpes bavaroises le tout puissant chancelier du III me Reich, Adolf Hitler, s'ensuit une phmre admiration bien vite retombe aprs le sjour qu'il fit en Autriche en cours de nazification l't 38. L't suivant c'est la drle de guerre, puis l'exode et la dfaite de juin 40 qu'il supporte mal, la prsence des Allemands encore plus mal ; s'impose alors lui une seule ide : rejoindre la France combattante et c'est le dbut " de sa grande aventure ".

Passage clandestin travers les Pyrnes o il se lie avec deux aviateurs anglais qui lui seront reconnaissants pour " ses talents d'interprte " et lui ouvriront les portes du S.O.E. !. La suite, Miranda, triste camp de prisonniers, Madrid puis Londres et enfin Carlton Gardens o il demande au gnral de Gaulle l'autorisation de servir dans les services spciaux britanniques s'attirant du gnral cette rplique : " Mme alli avec le diable, c'est pour la France. Allez-y ! ".

Cinq mois de dur entranement, puis se succdent les missions en France : aide aux rsistants l'utilisation d'explosifs et d'armes, sabotages divers dans le Morvan et la rgion bordelaise, l'explosion de la grande poudrerie Bordeaux, c'est lui. Plusieurs fois arrt et tortur, - il rsiste la torture en criant plus fort que ses tortionnaires - et, chaque fois de manire rocambolesque, il russira son vasion comme, par exemple, Avallon o, conduit devant un peloton d'excution, il fausse compagnie ses gardiens et rejoint une cache voisine au volant d'une traction-avant Citron avec, " sur l'aile, le fanion rouge et noir du Reich ". A Bordeaux quelque temps prisonnier dans le tristement clbre fort de H, il s'vadera l aussi, grce une tenue drobe de gardien de prison, tuant au passage trois soldats allemands et rejoignant des camarades rsistants en tenue de religieuse !. Aprs ses exploits bordelais, en juin 44, il se " rend utile ", cette fois dans un maquis du Mdoc puis, en novembre 44, rejoint la 1re arme franaise charge de rduire les poches allemandes de la pointe de Grave o de nouveau il est l'auteur de multiples et intrpides coups de main.

Dmobilis, il entame une carrire civile dans les affaires, la vie du bureau lui paraissant semble-t-il parfois insupportable ; aprs avoir lu son livre de souvenirs on le comprend !, il fait profiter de ses expriences " de clandestin " les services spciaux franais, au cours de sjours plus ou moins longs, en Indochine et en 1956, lors de la brve campagne de Suez.

Jean Novosseloff

Fondation de la Rsistance
Tous droits rservs