Rechercher dans le site :
ActualitsLettre d'informationContactPlan du siteSummaryMarquer cette page

Un juif lcole polytechnique. Mmoires 1939-1945


Bernard Levi
Edition Calmann-Lvy, 2005, 252 pages

Deux mots : " lve juif ", crits sur des papiers administratifs, jaunis par le temps, et se sont tous les " relents d'une triste poque " qui reviennent la mmoire de Bernard Lvi " X " - promo 41 - devenu par les ordonnances de septembre 1940 du gouvernement de Ptain un " lve bis ", c'est dire l'ombre d'un vrai lve, en marge des classements "  nous comptions pour du beurre ... " crit-il. Dans le livre qu'il vient de signer aux Editions Calmann-Lvy " X bis, un juif l'cole polytechnique ",il raconte sa jeunesse, celle d'un jeune Isralite favoris, pasvraiment conscient de l'tre, descendant d'une longue ligne de Juifsalsaciens comprenant la fois des Rabbins et des polytechniciens.Pouss par ses parents vers des tudes plus scientifiques quelittraires il grandit dans le Paris des annes trente ol'antismitisme rde, tandis qu'outre-Rhin " un petit caporal aigri aux folles obsessions devient Chancelier ".Relisant la correspondance change avec sa famille et les carnets deson ami, Jean Bruley, condisciple au lyce Condorcet et l'colePolytechnique, avec humour et motion, il fait le rcit de sa vied'adolescent, de potache puis de rsistant. Juin 40, son exode passepar Bordeaux o il aperoit " la haute silhouette d'un gnral songeur et solitaire une sacoche la main ", par Biarritz o ses nombreuses tentatives pour rejoindre l'Angleterre choueront, par Toulouse, Lyon, Marseille en " zone non occupe "o l'Etat franais pratique une agressive politique antismite d'oul'angoisse qu'il ressent envers sa famille, clate par les vnements,dont plusieurs membres connatront les camps de la mort. " Elve bis "dans la prestigieuse cole Polytechnique replie Lyon, son traitementlaisse relativement indiffrent nombre de ces camarades de promotion,indulgent il crit " la propagande antismite, bien orchestre par l'Etat franais y fut sans doute pour beaucoup... ".Bernard Lvi dmontre comment, grce une hirarchie aux ordres, lergime du Marchal Ptain tentait d'infuser aux lves ses doctrines etses orientations politiques notamment par la clbration des mrites dela Rvolution nationale " qui prenait des formes de plus en plus grandioses mesure que le nombre de galons de l'orateur augmentait ". Au gr de ses souvenirs, il livre le portrait de quelques " X "clbres, celui d'un Bichelonne brillant mais qui devint l'homme duS.T.O. et sombra dans la collaboration, d'Andr Trocm, officier del'cole, qui fut lui un bel exemple de dsobissance Vichy proclamanthaut et fort " Nous ignorons ce qu'est un juif. Nous ne connaissons que des hommes. ",de Serge Ravanel au lgendaire parcours de rsistant. Emouvant leportrait qu'il trace de son professeur et futur physicien LouisLeprince-Ringuet accueillant, humain et proche de ses lves, dont lafamille avait offert l'hospitalit des amis juifs traqus. Pasmcontent d'avoir t exclu des Chantiers de la jeunesse "Les isralites sont peu sensibles l'oeuvre d'ducation morale "avait avanc leur crateur !, le 12 aot 1943 c'est la fin de sascolarit l'X, celui dont le gnral dirigeant l'cole avait crit  :" Type smite caractris au physique comme sans doute au moral. Nepeut tre considr comme une recrue de classe pour les services del'Etat... " obtient trs honorablement son diplme d'ingnieur l'cole polytechnique. C'est sous le nom de " Bernard Lemoine ", qu'il passe dans la clandestinit " Il s'agissait alors non d'un choix, mais d'une obligation vidente "et entre dans le rseau Gallia l'un des plus importants rseauxfranais de renseignements. Avec le mme humour et le mme regard ilraconte en quelques phrases son parcours dans la Rsistance, son retourdans la vie parisienne, la joie de retrouver sa famille, son pre etses camarades et aussi ses quelques dceptions surtout aprs laLibration, puis en janvier 1945 il part traquer les sous-marins, commeenseigne de vaisseau, bord d'une frgate de la marine nationale.

Aprsla lecture de ce livre on ne peut tre qu'admiratif pour cetanti-hros, c'est ainsi que Bernard Lvi se qualifie, qui traversa cesannes noires un peu la manire d'un " somnambule " qui cachait sans aucun une force de caractre exemplaire pour ignorer toutes les vexations rserves " l'lve juif ", enfin c'est un livre difiant sur la manire dont Vichy concevait l'ducation des lites futures.

Jean Novosseloff