Rechercher dans le site :
ActualitsLettre d'informationContactPlan du siteSummaryMarquer cette page

Concours de la meilleure photographie d'un lieu de Mémoire

Tous les palmarès

Palmars du Concours de la meilleure photographie d'un lieu de Mmoire 2016-2017.

En 2017, 59 photographies ont t adresses au jury du Concours de la meilleure photographie d'un lieu de Mmoire qui au terme d'un examen attentif a dcern trois prix et deux mentions l'occasion de cette dix-neuvime dition.

En 1998, le Concours de la meilleure photographie d'un lieu de Mmoire est n du constat que de nombreux candidats du Concours national de la Rsistance et de la Dportation taient amens prendre des photographies de lieux de Mmoire lors de visites prparatoires sans qu'elles soient systmatiquement valorises dans ce cadre.

L'ide de ce concours tait donc d'offrir aux lves la possibilit d'exprimer leur sensibilit aux aspects artistiques et architecturaux des lieux de Mmoire relatifs la Rsistance intrieure et extrieure, l'internement et la Dportation situs en France ou l'tranger au travers de la technique photographique.

Depuis lors, les Fondations de la Rsistance, pour la Mmoire de la Dportation et Charles de Gaulle organisent chaque anne, aprs les rsultats du Concours national de la Rsistance et de la Dportation, le concours de la meilleure photographie d'un lieu de Mmoire.

Runi le vendredi 17 novembre dernier au 30, boulevard des Invalides (Paris VIIe), le jury de cette dix-neuvime dition avait choisir entre 59 photographies prsentes par 59 candidats (1).

Cette anne, encore, le jury a d carter un certain nombre de travaux qui n'taient pas conformes au rglement. Ainsi, quinze candidats ont prsent des photographies de lieux lis la mmoire de la Premire guerre mondiale ce que ne prvoit pas l'article 2 du rglement. Au final, le jury a donc examin 44 photographies.

Au terme d'un examen minutieux des ralisations et de nombreux changes entre les membres du jury (2), le palmars du concours 2016-2017 a t proclam. Le jury a soulign que la qualit artistique des oeuvres reues ne peut qu'inciter promouvoir plus largement ce concours. A ce titre, il faut rappeler le soutien prcieux apport par la Direction des Patrimoines, de la Mmoire, et des Archives (ministre de la Dfense) mais galement par l'Association des professeurs d'Histoire Gographie (APHG), qui par le biais de sa revue Historiens et Gographes, a diffus auprs des enseignants du secondaire les informations concernant ce concours.

Frantz Malassis

(1) On comptait parmi eux 9 collgiens et 50 lycens (40 filles et 19 garons) issus de 10 tablissements scolaires (6 lyces gnraux, 1 lyce professionnel et technologique et 3 collges).
Les 7 dpartements d'origine des travaux dont on a fait figurer entre parenthses le nombre de candidats pour chacun d'entre eux sont: les Bouches-du-Rhne (9), l'Eure-et-Loir (1), le Gard (5), le Loiret (15), la Meurthe-et-Moselle (4), le Puy-de-Dme (24), et la Somme (1).

(2) Les membres de ce jury sont : Aleth Briat, de l'Association des professeurs d'Histoire Gographie (APHG); Franoise Buffet, prsidente de l'Association des Amis de la Fondation pour la Mmoire de la Dportation, Hlne Pradas Billaud, chef du bureau des actions pdagogiques et de l'information la Direction des Patrimoines, de la Mmoire, et des Archives ( ministre de la Dfense); Yves Lescure, directeur gnral de la Fondation pour la Mmoire de la Dportation; Frantz Malassis, chef du dpartement documentation et publications la Fondation de la Rsistance; Jacques Moalic, rsistant-dport; Jean Novosseloff, prsident de Mmoire et Espoirs de la Rsistance; Jacques Ostier, conseiller en illustration; Vladimir Trouplin, conservateur du muse de l'Ordre de la Libration, un membre du conseil d'administration de la Fondation Charles de Gaulle; un reprsentant du muse du gnral Leclerc de Hauteclocque et de la Libration de Paris - muse Jean Moulin (ville de Paris) et le laurat du concours prcdent.

Les lieux de mmoire photographis en 2016-2017

Sur l'ensemble des 59 photographies prsentes cette anne, 30 (soit 50,85%) ont t prises dans 6 dpartements franais et 29 l'tranger (soit 49,15%).

En France:

- Bouches-du-Rhne : le camp des Milles (4).

- Haute-Marne: le mmorial Charles de Gaulle Colombey-les-Deux-glises (1).

- Meuse: l'ossuaire de Douaumont (7), la butte, le monument et les tranches Vauquois (4), le fort de Douaumont (4).

- Bas-Rhin : le camp de Natzweiler-Struthof (5).

- Paris : la crypte du mmorial de la Shoah (1).

- Vaucluse : le mmorial du train fantme Sorgues (4).

A l'tranger:

- Allemagne: le camp de Buchenwald (3).

- Pologne: le camp et le muse d'Auschwitz I (10), le camp d'Auschwitz-Birkenau (15), le camp du Stutthof (1).

Les chiffres entre parenthses correspondent au nombre de photographies pour le lieu concern.

Le premier prix a t dcern Nomie DE SAINTE-CLAIRE, lve de premire scientifique au lyce Fnelon de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dme) pour son clich intitul Rmanences pris au camp d'Auschwitz (Pologne) en avril 2017.

Cette candidate a accompagn sa cration de rflexions que lui inspira ce lieu.

"Rmanence : terme qui qualifie la persistance d'un phnomne mme aprs la disparition de sa cause.

J'ai choisi de photographier le camp d'Auschwitz II qui a survcu la mort du nazisme. A travers ce clich, mon but tait de faire renatre des bribes du pass afin de rendre hommage la mmoire de tous ceux qui ont vcu l'horreur. Je prsente une photographie monochrome pour donner de la force la douleur sourde qui habite ce lieu. Cette photographie, prise l'intrieur du camp, a t slectionne pour placer le spectateur au coeur de l'histoire plutt qu' l'extrieur d'o il l'observerait d'un regard dtach. Un jeu sur la profondeur dvoile un camp imposant (2/3 - 1/3) pour que les regards convergent vers son entre qui peut tre apparente une gueule bante ouvrant sur l'enfer. Les portraits diaphanes qui s'lvent vers le ciel, disposs de part et d'autre des rails, renforcent la symtrie dj prsente dans la photographie originale. Ils sont galement agencs de faon rappeler les trains qui dfilaient inlassablement dans une routine infernale. On peut encore voir la rmanence de ces visages identiques droite et gauche qui se refltent indfiniment dans le miroir du temps.

La photographie a t prise genoux sur les rails; par ce geste j'tais mon insu dans une position d'affliction et de prire. J'ai galement remarqu qu'il n'y avait jamais personne sur les rails. Est-ce l'expression d'un respect tacite ? En prenant ce clich j'ai senti que j'apportais un tmoignage diffrent, empreint de solennit. Les rails symbolisent galement l'coulement du temps. En effet, les visages les plus nets sont les plus proches du spectateur ce qui pourrait indiquer une proximit de la barbarie dans notre monde moderne. C'est pour cela que le travail de mmoire est ncessaire chacun d'entre nous pour ne pas refaire les erreurs du pass.

N'oublions pas. Nie zapomnij. Nicht vergessen. Do not forget. Non dimenticare. "

Le deuxime prix est revenu Louise OLIVIER, lve de premire conomique et sociale au lyce Fnelon de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dme) pour sa photographie Le bouquet de la mmoire pris lors d'une visite du camp Auschwitz-Birkenau, en avril 2017, dans le cadre d'un voyage d'tude.

Cette candidate a fourni des lments de comprhension de sa dmarche artistique guidant la ralisation de sa photographie :

"J'ai choisi de prsenter cette photo car elle runit un lieu de mmoire symbolique et un signe de souvenir, de recueillement qui illustre le refus d'oublier ce qui s'est pass ici. J'ai essay de rendre compte de la puissance de ce lieu en photographiant un message fort en motions.

Cette photo, prise hauteur du sol, est compose de trois plans : au premier plan le bouquet de roses et la bougie, au second les rails et au dernier le ciel. La ligne d'horizon est la sparation entre le second et le troisime plan. On a deux lignes de fuites qui se rejoignent au niveau d'une entre du camp (rserve aux convois de juifs) qui est le point de fuite de la photographie. Cela permet d'accentuer la profondeur de la photo et de mettre en valeur la longueur de la "Judenrampe".

Le principe de "noir et blanc" est classique mais il donne un caractre intemporel l'image. J'ai choisi cependant d'utiliser le principe "d'claboussure" (mettre une couleur en vidence) pour attirer l'oeil du spectateur sur le rouge des roses. Cette couleur rappelle un moment intense et symbolise le danger, le combat, le sang, la douleur et le feu. L'effet du rouge sur un fond noir renforce le ct saisissant et contrast de la photographie. La prsence de trois couleurs (le noir, le blanc et le rouge) permet d'quilibrer la photo. Enfin le blanc de la bougie fait cho au ciel et s'oppose au noir."

Le troisime prix a t attribu Paul PATAULT, lve de premire scientifique au lyce Marceau de Chartres (Eure-et-Loir) pour sa prise de vue du camp du Stutthof (Pologne).

Cet lve a joint sa cration un texte traduisant l'motion ressentie dans ce lieu.

"A une cinquantaine de kilomtres de Gdansk dans un endroit retir, humide, entour de forts, nous sommes au camp de concentration du Stutthof. C'est le premier camp construit en dehors du territoire allemand, sa construction prit fin le 2 septembre 1939. Il a le triste privilge d'avoir t le dernier camp tre libr (10 mai 1945).

Les barbels, la neige, les miradors, le vent, la grande porte dite "de la mort"... le pass est partout. Nous visitons alors dans ce camp les baraquements, le rfectoire, les latrines, l'hpital, la chambre gaz, les fours crmatoires o 65 000 personnes prirent. Il faisait -7C ce jour-l, mais il est commun qu'il fasse -15C. Nous pensons aux dports dont les vtements ne protgeaient que de la nudit.

C'est travers mon objectif que je partage ce dsastre. Nous sommes ici face une chambre gaz, les traces de griffures sur ses murs nous obligent songer aux hurlements passs qui rsonnent alors en nous. Le choix du noir et blanc est pour moi important, il tmoigne de la froideur svre et violente de ce lieu. Ce lieu sombre est aujourd'hui et jamais une preuve de la ngation de l'Homme dans l'univers concentrationnaire nazi. Ce clich tmoigne de l'atrocit d'une poque vcue par un immense nombre d'innocents.

Lieu de Mmoire, le camp du Stutthof est aujourd'hui un muse qui nous permet d'apprhender l'horreur difficilement imaginable vcue par les dtenus. La visite vient percuter le rapport au temps : ce qui paraissait lointain, enfoui dans le pass fait soudain irruption."

Deux mentions spciales du jury ont t dcernes ࠠ:

Faustine FIALET, lve de premire scientifique au lyce Arthur Varoquaux de Tomblaine (Meurthe-et-Moselle) pour sa photographie intitul Dernier regard prise au camp de concentration de Buchenwald (Allemagne), en fvrier 2017.

Voici son commentaire:

"J'ai toujours t passionne par la photographie et par l'histoire. Lorsque je fis la dcouverte du camp de Buchenwald lors du voyage scolaire organis par mon lyce, je pris avec moi mon Reflex Nikon afin de prendre quelques clichs qui pouvaient tre intressants, d'autant plus que le site avait t recouvert par la neige! Ds l'entre, je fus trs impressionne par les cellules du "bunker", la prison du camp, si troites et inconfortables, dans lesquelles les dports taient emprisonns et torturs. Au bout du couloir se trouve une fentre par laquelle on voit l'enceinte du camp. Et je me mis songer au prisonnier qui tait sorti de sa cellule...

Me voici l o il se trouvait. Chaque jour il voyait ce paysage, les barbels, le mirador.

Mais peut-tre voyait-il plus que cela : au-del des pierres et des arbres de la fort son me voyageait librement, retrouvait la vie d'avant, rvait encore, mme un instant, qui sait ? Aprs, il serait trop tard : tout regard est phmre. Reste le paysage malgr le temps qui passe. Me voici l o il se trouvait. Mon regard ne peut tre le sien, mais par l'image et la pense je le rejoins.

Je pris alors cette photo, en noir et blanc afin de faire ressortir les contrastes, photo qui symbolise bien ce camp avec une vue oblique sur l'enceinte donnant sur le mirador, dans un paysage enneig, afin de figer le paysage glac."

Axelle MAGNAC, lve de troisime au collge Jean Bernard Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhne) pour son clich du mmorial du train fantme Sorgues (Vaucluse).

Ce monument lui inspira ce pome:

Nous sommes dpouills

Car nous portons une toile,

Nous sommes dports

Car on nous veut du mal.


On nous choisit et on nous case,

Comme du simple btail.

Nous mourrons au travail

Ou dans les chambres gaz.


Notre douleur est accentue,

Nos corps sont dcharns,

Et nos teints maladifs.


Du jour au lendemain,

Nous n'avons plus rien

Parce que nous sommes Juifs.