Rechercher dans le site :
ActualitsLettre d'informationContactPlan du siteSummaryMarquer cette page

Radio-Londres 1940-1944 Les voix de la libert


Aurlie Luneau
Edition Perrin, 2005, 354 pages

Ils s'appelaient Pierre Bourdan, Jacques Duchesne, Jean Marin, Jean Oberl. Ce sont eux et quelques autres, qui avec Maurice Schumann soutiendront le moral des Franais, s'lveront contre la propagande allemande et informeront leurs compatriotes partir de Londres o pendant quatre longues annes ils seront " les voix de la Libert ". C'est l'histoire de Radio Londres et de ces hommes qu'Aurlie Luneau a crit aux ditions Perrin dans un livre qu'accompagne un CD qui fait revivre ces voix, les infos de la BBC, les fameux messages cods et personnels que recevaient les rsistants, en un mot : ces annes l. La Seconde Guerre mondiale voit natre un nouveau champ de bataille : celui des ondes hertziennes. " En priode de guerre les mots sont des armes " avait prophtis Hitler, si pendant la " drle de guerre " l'Allemagne avait montr son efficacit se servir de cette arme radiophonique, tout au long du conflit, la BBC saura se transformer en une " radio de combat " et gagner la bataille des ondes. Pour les Franais de Londres tout avait commenc le 18 juin o comme l'crira plus tard Charles de Gaulle " La premire chose faire tait de hisser les couleurs. La radio s'offrait pour cela ". Le Gnral, " une voix sans visage ", pour l'immense majorit des Franais et une petite communaut d'hommes dtermins se battre aux cts des Anglais, vont de 1940 1944 maintenir le lien avec la population franaise, pour qui couter la BBC allait faire partie du quotidien. Deux quipes s'attelrent cette tche : celle dirige par Jacques Duchesne, sous contrle britannique, dont le programme " Les Franais parlent aux Franais " devint rapidement clbre, et celle relevant du gnral de Gaulle, qui n'intervenait, que dans les grandes occasions (67 fois) et dont son porte-parole, Maurice Schumann, qui parla plus de mille fois, prit les rnes de l'mission " Honneur et patrie ". L'auteur nous montre comment cette " arme radiophonique " que fut la BBC sut pntrer les foyers franais grce aux quipes de Londres qui apportaient, avec leurs " voix affectueuses ", du baume au coeur ces foyers en fustigeant la collaboration, les tratres et en la tenant informe des combats, avec pour rgle : lui faire confiance et ne pas camoufler la vrit. Dans cette guerre des ondes, les armes taient : des mots o l'humour corrosif d'un Pierre Dac faisait merveille, des slogans comme ceux imagins autour du signe " rayonnant " que signifiait le " V ", des croisades comme celle contre " la relve ". En France la rponse des Allemands et de Vichy fut le brouillage, la confiscation des postes, des programmes radio qui combinaient propagande et divertissement servis par quelques talents dvoys, comme celui de Philippe Henriot excut par la Rsistance en juin 1944, et une omniprsente rpression. Au rythme des relations, des dsaccords, voir des susceptibilits entre le chef de la France Libre et les Anglo-amricains des tensions se firent jour pour le contrle et l'utilisation de la BBC par les Franais, plusieurs allocutions du Gnral furent interdites, heureusement chaque fois la confiance revenait. L'auteur rappelle aussi que d'autres " voix de la Libert " se faisaient entendre depuis la trs gaulliste Radio Brazzaville, puis aprs juin 1943 sur Radio Alger, surtout quand l'atmosphre de la capitale anglaise se faisait pesante. Fin 1943 trois auditeurs franais sur quatre taient devenus " BBCistes " c'est dire le rle considrable que jourent dans la Rsistance et la Libration de la France " ces voix de Radio Londres ".

Aot 1944, pour Radio Paris et Radio Vichy c'est la fin de l'histoire, tandis que tout simplement la BBC y fait son entre, que son mythe prend forme, " et avec lui, l'image et le souvenir sublims d'une radio de la libert. "

Jean Novosseloff