Rechercher dans le site :
ActualitsLettre d'informationContactPlan du siteSummaryMarquer cette page
Accès aux rubriques :

Pierre MESSMER


(1916-2007)
Source: Muse de l'Ordre de la Libration
Source: Muse de l'Ordre de la Libration

Pierre Messmer, un des premiers officiers à rallier le général de Gaulle et héros avec Jean Simon d'une évasion mémorable, est décédé à Paris le 29 août dernier. Chancelier de l'Ordre de la Libération, Président de la Fondation de la France Libre, Pierre Messmer siégeait au conseil d'administration de la Fondation de la Résistance.

Pierre Messmer est né le 20 mars 1916 à Vincennes (Val-de-Marne) dans une famille d'industriels.Breveté de l'École nationale de la France d'Outre-mer (1934-1937), docteur en droit (1938) et diplômé de l'École des langues orientales, en 1939, Pierre Messmer est sous-lieutenant au 12e Régiment de Tirailleurs Sénégalais.

Après la campagne de France, refusant la défaite, il décide avec le lieutenant Jean Simon, de rejoindre le général de Gaulle. À Marseille, tous deux parviennent, grâce à la complicité du commandant de marine marchande Vuillemin, à se faire embarquer comme hommes d'équipage à bord du cargo italien, le Capo Olmo, qui se prépare à partir en convoi pour l'Afrique du Nord. En mer, le commandant Vuillemin, Pierre Messmer et Jean Simon, aidés de quelques camarades embarqués clandestinement, s'emparent du navire et le détournent vers Gibraltar  avant d'accoster à  Liverpool, le 17 juillet 1940. Ce ralliement d'une audace incroyable, est aussi une opération fructueuse, puisque la vente de la précieuse cargaison de ce navire permet de payer pendant près de trois mois les frais de fonctionnement de la France Libre.

Pierre Messmer s'engage alors dans les Forces Françaises Libres. Affecté sur sa demande à la 13e demi-brigade de la Légion étrangère, il participe dès lors, à la longue et glorieuse épopée de cette unité.

Après avoir pris part aux opérations de Dakar et du Gabon, Pierre Messmer participe aux campagnes d'Erythrée et de Syrie. Promu capitaine, en septembre 1941, Pierre Messmer se distingue lors de la campagne de Libye et notamment lors de la défense de Bir-Hakeim et de la bataille d'El Alamein.

En juillet 1943, après la campagne de Tunisie, Pierre Messmer est envoyé en mission aux Antilles.

Affecté en janvier 1944 à l'État-major du général Koenig à Londres, le capitaine Messmer débarque en août 1944 en Normandie. Il dirige alors vers Paris le convoi de l'État-major et entre dans la capitale, dont Koenig a été nommé gouverneur militaire, le 25 août en même temps que la 2eDB.

Jusqu'en 1945, alors commandant, il effectue différentes missions à Calcutta puis au Tonkin.

Après avoir occupé de très hautes fonctions dans d'administration de la France d'Outre Mer (1950-1959), Pierre Messmer débute une longue et brillante carrière d'homme politique.

Il occupe les fonctions de ministre des Armées de 1960 à 1969, de  ministre d'État chargé des DOM-TOM de 1971 à 1972  avant d'être  appelé comme Premier ministre de 1972 à 1974.

Pierre Messmer enchaîne également les mandats électifs. Député UDR puis RPR de Moselle de 1968 à 1988, conseiller régional de 1968 à 1992 et président du Conseil régional de Lorraine de 1978 à 1980, conseiller général de Moselle  de 1970 à mars 1982 il est élu maire de Sarrebourg pendant 18 ans (1971-1989).

Membre de l'Académie des sciences d'Outre-mer (depuis 1976), membre de l'Académie des sciences morales et politiques (depuis 1988), chancelier de l'Institut de France (1998-2005), président de l'Institut Charles de Gaulle (1992-1995) puis de la Fondation Charles de Gaulle (1995-1998), Pierre Messmer est élu, le 25 mars 1999, à l'Académie française.

Président de la Fondation de la France Libre (depuis 2001), Pierre Messmer est nommé, en 2006, chancelier de l'Ordre de la Libération.

Grand Croix de la Légion d'honneur, compagnon de la Libération (par décret du 23 juin 1941), son action au sein des Forces Françaises Libres lui a valu de nombreuses distinctions. Il s'est vu attribué entre autres : la Croix de Guerre 1939-1945 avec 6 citations, la Médaille de la Résistance, la Médaille des évadés et la Médaille coloniale avec agrafes « Erythrée », « Libye » et « Bir-Hakeim ».

Pierre Messmer est inhumé à Saint-Gildas de Rhuys (Morbihan) après des obsèques en la cathédrale Saint-Louis des Invalides à Paris.

Frantz Malassis

Sources :

Cet article a été établi d'après la biographie en ligne sur le site Internet du musée de l'Ordre de la Libération (www.ordredelaliberation.fr) dont nous tenons ici à remercier son conservateur Vladimir Trouplin.

Parmi les ouvrages de Pierre Messmer nous vous conseillons la lecture  de  trois livres :

• Après tant de batailles. Mémoires (Paris, Albin Michel, 1992) ;

• La Patrouille perdue et autres récits extraordinaires (Paris, Albin Michel, 2002) ;

• Ma part de France. Entretiens avec Philippe de Saint-Robert (Paris, F.X.de Guibert, 2003).

Voir aussi le DVD sur « La République Résistante », où Pierre Messmer avait accordé un entretien à MER dans son bureau de chancelier de l'Institut de France (www.memoresist.org).