Rechercher dans le site :
ActualitsLettre d'informationContactPlan du siteSummaryMarquer cette page
Accès aux rubriques :

Janine CARLOTTI-LEVY


Mouvement Franc-Tireur
(1920-2013)
Collection particulire famille Levy
Collection particulire famille Levy

Janine Carlotti est née le 26 juillet 1920 à Poggio di Venacco (Haute-Corse).

Étudiante en médecine, elle rejoint la Résistance en 1943. En mars 1944, elle est affectée au secrétariat parisien du mouvement Franc-Tireur.

Elle devient la secrétaire personnelle de Jean-Pierre Levy, après son évasion le 12 juin 1944, en même temps qu’elle assure la liaison avec le comité directeur clandestin du Mouvement de Libération Nationale (MLN).

Janine Carlotti est arrêtée à Paris le 5 août 1944, à la suite d’une dénonciation, en même temps qu’une grande partie de l’équipe du comité de liaison clandestin du MLN. Torturée rue de la Pompe, elle ne parle pas alors que de par ses fonctions elle connaît de nombreux chefs de la Résistance.

Elle est déportée le 15 août 1944 par un convoi parti de la gare de Pantin, convoi qui connaît de nombreux arrêts et changements d’itinéraires. Ainsi, malgré une action de de la résistance pour stopper ce convoi à Dormans (Marne), malgré les nombreuses interventions de la Croix-Rouge (notamment à Revigny dans la Meuse avec l’aide du chef de gare et à Bar-le-Duc), malgré les démarches du consul de Suède Raoul Nordling pour convaincre le chef de train SS d’arrêter le transport, ce convoi de déportés arrive le 20 août 1944 à Buchenvald et le 21 août 1944 au camp de concentration de Ravensbrück.

A Ravensbrück, Janine Carlotti devient la déportée 57 473. Affectée au Kommando de Torgau, elle fait partie d’un petit groupe refusant de travailler dans les usines de guerre. Dirigée alors vers Koenigsberg-sur-Oder, elle est astreinte à des travaux de terrassement sur un camp d’aviation.

Devant l’avance russe, elle connaît les marches d’évacuation vers Ravensbrück puis elle est renvoyée en convoi sur Reschlin où très affaiblie et malade elle est admise au revier fin avril 1945.

Le 2 mai 1945, elle est libérée par l’Armée soviétique et hospitalisée dans des infirmeries russes d’où elle ne parvient à regagner la France que le 12 octobre 1945.

Très active au sein de l’Association des Déportées et Internées de la Résistance (ADIR), elle était la veuve de Jean-Pierre Levy, co-fondateur et chef national du mouvement de Résistance Franc-Tireur, fondateur et vice-président de la Fondation de la Résistance (1993-1996).

Janine Carlotti-Levy s’est éteinte à Paris le 23 juillet 2013.

Frantz Malassis