Rechercher dans le site :
ActualitsLettre d'informationContactPlan du siteSummaryMarquer cette page

Amis des Juifs. Les rsistants aux toiles


Cdric Cdric Gruat et Ccile Leblanc
Edition Tirsias, 2005, 236 pages

C'est un trs beau rcit que viennent d'crire, aux ditions Tirsias, deux jeunes historiens Ccile Leblanc et Cdric Gruat, celui de Franais qui volontairement ont port " l'toile jaune " par solidarit aux Juifs qui les nazis et les autorits de Vichy avait impos le port de cet insigne. Ces rsistants inconnus, dcouverts dans les archives du Commissariat Gnrale aux Questions Juives au Centre de Documentation Juive Contemporaine, sont des jeunes filles et des jeunes gens tudiants, employs, fonctionnaires, tous " non-juifs " qui avaient choisi de rsister visage dcouvert " de faon non violente, spectaculaire, symbolique et humoristique " en ridiculisant l'occupant et ses serviteurs. C'est en juin 1942 dans le tragique contexte de l'extermination des Juifs d'Europe, la Confrence de Wannsee qui dcida de la " Solution finale de la question juive " s'tait droule en janvier 1942, que ces rsistants anonymes dcidrent de " dtourner l'toile jaune ". Elle le sera de diverses manires, depuis cette jeune femme qui porte l'toile jaune dans les rues parisiennes en compagnie de son amie juive, par ce groupe de jeunes gens qui arborent cet " insigne " de manire fantaisiste ou encore ceux qui y inscrivent " Zazou ", " Swing 42 ", " Auvergnat ", " go ", " papou ". D'autres encore, portent sur le revers de leur veste un objet de couleur jaune en forme de rose, d'oeillet ou dessinent sur l'toile une croix, Tous ces " rsistants aux toiles " feront preuve d'une imagination-fantaisiste sans borne pour tourner en drision les autorits nazies. Soixante ans aprs Ccile Leblanc et Cdric Gruat les ont, pour un grand nombre, retrouv. Tous racontent la spontanit de leur geste, qui fut celui d'une rvolte, d'une colre contre les mthodes iniques employes par l'occupant envers la communaut juive, ce fut pour certains aussi le dbut de leur rsistance et de leur entre dans des mouvements ou des rseaux. Ces " amis des juifs " connatront les interpellation par les polices franaises ou allemandes, les sjours dans les prisons de la Gestapo et au camp de Drancy. D'autres " Rsistants aux toiles " Bordeaux, Niort, Rouen, Nancy, Dijon auront la mme compassion envers les Juifs, la mme dsapprobation sur les mthodes de l'occupant donnant dans ces villes, comme Paris, " une bouffe d'air " dans tout le pays occup.

Il faut lire se livre qui vient de recevoir le Prix " Philippe Viannay ", qui rcompense aussi un diteur - les ditions Tirsias - qui est suivant cette belle expression " une sentinelle de la mmoire ".

Jean Novosseloff

Fondation de la Rsistance . Droits rservs