Rechercher dans le site :
ActualitésLettre d'informationContactPlan du siteSummaryMarquer cette page
Portraits de la Résistance, Guy Moquet, Lucie Aubrac et bien d'autres

Portraits

Accès aux rubriques :

Albert ORIOL-MALOIRE
(1919-2003)
Armée Secrète

Même si vous ne connaissiez pas son nom, vous connaissez au moins son visage puisqu'il est le « personnage central » d'une des photographies les plus célèbres de la Résistance française. C'est en effet lui l'instructeur vêtu d'une veste de cuir, coiffé d'un béret basque qui, devant l'objectif, enseigne à un groupe de maquisards le maniement d'une Sten qu'il tient entre ses mains .

Albert Oriol, disparu le 10 août 2003, est né en 1919. Avant la guerre, il se destine à l'enseignement et devient instituteur.

Aspirant de réserve, chef d'un groupe franc en Lorraine pendant la « Drôle de guerre », il est grièvement blessé à la tête de sa patrouille le 10 mai 1940 lors de l'offensive générale allemande.

Démobilisé, il rejoint alors la Résistance à Saint-Étienne puis à Roanne où il anime le groupe « Jeunes de l'Armée secrète ». En mars 1944, ayant échappé grâce à sa future épouse, aux griffes de la Gestapo qui démantela son groupe, il entre dans la clandestinité et répond au pseudonyme de Maloire. Il se voit alors confier, par le commandant Marey, la direction du premier maquis de l'Armée Secrète Loire réfugié en Haute-Loire, à Boussoulet dans le massif montagneux du Meygal.

Son expérience militaire lui permet de former rapidement le groupe de jeunes maquisards placés sous ses ordres qui prend le nom de « Groupe Mobile d'Opérations AS 18 juin ». Lors du débarquement de Normandie, ce groupe opérationnel regagne la Loire en vue d'y incorporer d'autres volontaires. Le « GMO AS 18 juin » commence dès lors ses actions armées. Le 5 juillet 1944, il se distingue à Gland (Loire) au cours du premier face à face contre les Allemands dans le département. Ce groupe s'illustrera à Pichillon, Estivareilles, Pont-Rompu, Givors (Rhône) et lors de la marche sur Lyon puis sur les Alpes.

Après la guerre, le lieutenant Albert poursuit sa carrière militaire qui le mène en Indochine et en Algérie.Sa formation de pédagogue et la fidélité à ses camarades le conduisent à écrire de nombreux ouvrages sur l'histoire de la Résistance.

Officier de la Légion d'honneur, officier de l'Ordre national du Mérite, médaille de la Résistance, croix de guerre au titre de la Résistance, de l'Indochine et de l'Algérie, le colonel Albert Oriol-Maloire était vice-président national de l'ANACR.

Frantz Malassis